Les Vérités de Nicole Touati

Captagon, la drogue du djihadiste

Vous en avez certainement entendu en parler mais connaissez-vous ces détails?

Le captagon a été au début un médicament pour le traitement de la grippe dans les années 60. Par la suite, il a été utilisé comme anti-dépresseur ou coupe-faim puis il a été interdit pour les graves conséquences qu’il entrainait.

Ce n’est pas une anphétamine comme les autres, le Captagon en est un dérivé;   La phénéthylamine ajoutée à une composition de paracétamol, de caféine, d’aspirine , d’acide et de viagra. C’est l’une des drogues les plus faciles à produire et à très bon marché, elle est extrêmement rentable. Le gain est de vingt à cinquante fois le coût de production selon les zones où il est vendu. Il y  en a deux types :  le cachet plus  foncé a un plus haut  contenu en anphétamine et est plus cher.

On considère qu’entre un demi-millard et  un milliard de cachets sont produis par an  et Daesh en produit à peu près le 50%. Si vous pensez que  10 kg de Captagon rendent 4 millions de dollars, vous pouvez vous rendre compte de quel est le chiffre d’affaires global.

Pour la fabriquer, il suffit d’appareils de conditionnement, d’une machine de compression pour compacter les cachets, quelques personnes et d’un lieu sans caractéristiques particulières, donc n’importe où.

Daesh, le groupe qui interdit même les cigarettes,  s’est donc dit: et pourquoi pas nous? En effet, cette production a un double effet: celui de transformer les combattants en vrais lions téméraires et la rente économique qui est une partie de leur financement.

Le Captagon dilate les veines, le sang circule donc beaucoup plus vite et  produit une grande excitation faisant sentir les utilisateurs invincibles. Deux heures après, les veines se  retrécissent et l’effet passe, ce qui pousse donc les utilisateurs à en consumer plusieurs et  jusqu’à vingt  par jour pour maintenir l’effet. Beaucoup doivent faire usage d’héroine pour calmer les effets du Captagon.

On peut rester 3 ou 4 jours sans manger, un djihadiste a décrit la sensation obtenue:” Je me sens tellement fort que je pourrais   égorger n’importe qui , j’ai envie d’aller détruire toute la ville !”.  C’est un véritable pare-balles chimique. Dans certaines zones, le Captagon est vendu en poudre pour être sniffé.

Jean-Paul Tassin, neurobiologiste à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) l’a ainsi décrit : “la noradrénaline va augmenter la vigilance et les facteurs de concentration. La dopamine, elle, va intervenir sur le circuit de la récompense. En le stimulant, elle va vous donner l’impression que vous êtes bien, que tout va bien…Vous n’avez pas peur, pas faim, pas soif… Vous ne risquez rien, y compris la mort.” 

Cette drogue a envahi le Moyen Orient, de la Jordanie au Liban, Iraq, Syrie et surtout l’Arabie saoudite.  En Arabie saoudite où l’alcool est interdit, ils sont devenus des plus grands consommateurs de Captagon au monde bien que la cette pratique  soit punible de la peine de mort . La pillule y coûte environ vingt dollars.

En 2015, la police saoudite a bloqué  22 millions de cachets destinés aux parties et aux yachts des cheikhs.

La majeure partie est fabriquée en Syrie et au Liban mais c’est Amman, en Jordanie, qui est devenu le centre du traffic; Mohamed al-Mneizel, le numéro deux de la Brigade anti-narcotiques a déclaré avoir saisi à peu près quinze millions de cachets.

Le Liban n’est pas seulement producteur, c’est aussi une zone de transit  mais une bonne partie y est consommée . Tous les groupes armés en consomment mais c’est surtout les habitants des villes oubliées et les réfugiés syriens qui y ont recours pour oublier leurs conditions de vie. Dans certaines zones, les cachets ne coûtent qu’un dinar les deux pillules, soit soixante dix centimes d’euro.

En juin 2017, le terroriste Sefedine Resguy qui tua 39 personnes sur la plage de Sousse, en Tunisie , était sous emprise de Captagon. (voir la photo).

Une affaire a fait beaucoup de bruit: un prince saoudien, Abdel al-Saoud, petit -fils du fondateur de l’Arabie saoudite est intercepté à l’aéroport VIP de Beyrout  à bord de son jet privé  avec 24 caisses, frappées avec  les armes de la Famille Royale, ,contenant 12,5 millions de cachets pour une valeur complessive de 280 millions de dollars. Quand les policiers passent  au scanner les caisses, le prince complètement défoncé, les agressent et les insultent.

L’affaire du prince crée un embarras immense car l’Arabie saoudite a financé le Liban à hauteur de tois milliards de dollars pour s’armer. Toute enquête à ce sujet est donc extrèmement difficile et bien entendu, nous ne connaissons pas les suites de cette affaire qui a dû probablement être ensablée de quelque manière.

Mais le traffic se fait surtout par la route, en voiture ou à dos de chameaux; les animaux ont été dressés à faire des aller retours seuls. La drogue est chargée et les chameaux traversent la frontière, sont déchargés et retournent à nouveau chargés. Le traffic s’organise au long de la frontière syrienne. Ramta,  petite ville au nord de la Jordanie , à sept  kilomètres de la Syrie a été signalée comme particulièrement active. C’est grâce aussi aux “ bakchichs”  – les pourboires- aux  garde- frontières que le traffic est facilité.

Bien évidemment, les jeunes jordaniens aussi sont de plus en plus accros et ceci même dans les tribus. Les sages ne savent plus à quel saint se vouer pour stopper ce phénomène. Les jordaniens accusent les réfugiés syriens d’avoir importéle Captagon.

Bien malheureusement, ces traffics ne concernent pas seulement le Moyen Orient. Une base de contrebande a été créée ausis en Libye, la marchandise  passe par la  Méditerranée et a des ramifications en Europe.

En septembre 2017, trois containers signalés ont été ouverts au port de Gênes en Italie. Trente sept millions de cachets étaient cachés entre les produits des bouteilles de shampoing et des couvertures qui étaient les marchandises déclarées.  Le chargement arrivait en provenance de l’Inde et du Sri Lanka à destination de Tobruk en Libye et la société à qui elle était destinée est une société de Dubai. Valeur de la marchandise: 75 millions d’euros!

Selon les enquêteurs, il s’agit d’un “cartel”  qui sert à financer les groupes djihadistes et qui opère sur les mêmes routes des trafficants de migrants.

Au port du Pirée, en Grèce, en 2016, 26 millions de cachets ont été séquestrés. A l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, 750 mille cachets ont été saisis par les douanes en mai 2017.

Dans un rapport publié par l’”European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction” en 2016, , il est déjà signalé que les oppiacés synthétiques  ont commencé à représenter une sérieuse menace croissante en Europe et aux Etats Unis. Pour ceux qui pensent que Daesh a été éliminé, je ne veux pas les décevoir, mais leurs traffics continuent encore.

Nicole Touati

Si vous avez aimé cet article, Partagez-le

 

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *