Les Vérités de Nicole Touati

On n’oublie ni Munich ni les souteneurs des terroristes!

Pour ne jamais oublier : Mark Slavin (18 ans), Eliezaar Halfen (24 ans), Andre Spitzer (27 ans), David Mark Berger (28 ans), Zeev Friedman (28 ans), Yosef Romano (32 ans), Moshe Weinberg (32 ans), Yosef Gottfreund (40 ans), Amitzur Shapira (40 ans), Yakov Springer (50 ans), Kehat Schor (53 ans)

 

C’était en 1972 pendant les Jeux Olympiques de Munich que 11 athlètes israéliens avaient été sequestrés, torturés et sauvagement assassinés par des membres de Septembre Noir.

A titre d’information, Mahmoud Abbas, l’actuel président de l’Autorité Palestinienne ,a été le financier de l’opération Munich. Non, je ne l’ai pas rêvé , c’est écrit noir sur blanc dans l’autobiographie de 1999 de Abou Daoud, le cerveau de l’opération intitulée “Palestine : de Jérusalem à Munich”!

Abbas devrait être invraisemblablement et bien sûr, selon les occidentaux, l’interlocuteur pour la paix mais tout comme son prédécesseur Arafat, on ne peut pas parler de paix quand on a le sang d’innocents sur les mains.

Ces jours-ci, l’avocat G.William Goldnadel qui a fondé une chaine de télévision sur internet La France Libre TV, interpellait Edwy Plenel, le co-fondateur de Mediapart pour lui demander si il confirmait ou infirmait une certaine information. Il s’agirait d’un article publié en 1972 sur Rouge, l’alors hebdommadaire de la LCR, Ligue Communiste Révolutionnaire, sous le pseudonyme Joseph Krasny, qui n’était en réalité que Edwy Plenel. Le triste sire appelait à défendre inconditionnellement les terroristes de Septembre Noir.

Voici le texte original:

“L’action de Septembre Noir a fait éclater la mascarade olympique, a bouleversé les arrangements à l’amiable que les réactionnaires arabes s’apprêtaient à conclure avec Israël (…) Aucun révolutionnaire ne peut se désolidariser de Septembre Noir. Nous devons défendre inconditionnellement face à la répression les militants de cette organisation (…) A Munich, la fin si tragique, selon les philistins de tous poils qui ne disent mot de l’assassinat des militants palestiniens, a été voulue et provoquée par les puissances impérialistes et particulièrement Israël. Il fut froidement décidé d’aller au carnage”.

Sans se démonter, Plenel droit dans ses bottes a reconnu ce soutien en déclarant:

“Je n’ai jamais fait mystère de mes contributions à Rouge, de 1970 à 1978, sous le pseudonyme de Joseph Krasny. Ce texte, écrit il y a plus de 45 ans, dans un contexte tout autre et alors que j’avais 20 ans, exprime une position que je récuse fermement aujourd’hui. Elle n’avait rien d’exceptionnel dans l’extrême gauche de l’époque, comme en témoigne un article de Jean-Paul Sartre, le fondateur de Libération, sur Munich dans La Cause du peuple–J’accuse du 15 octobre 1972. Tout comme ce philosophe, j’ai toujours dénoncé et combattu l’antisémitisme d’où qu’il vienne et sans hésitation. Mais je refuse l’intimidation qui consiste à taxer d’antisémite toute critique de la politique de l’Etat d’Israël”.

Il y aurait matière à discuter sur ces affirmations…. Plenel a embrassé le trotskisme et ne s’en est jamais séparé comme le confirme ce qu’il écrivait en 2001: « Le trotskisme comme expérience et comme héritage fait à jamais partie de mon identité, non pas comme un programme ou un projet, mais comme un état d’esprit, une vieille critique faite de décalage et d’acuités, de défaites et de fidélités. » Edwy Plenel, Secrets de Jeunesse, Stock 2001.

Et encore, Edwy Plenel, en 2012 participait encore à une conférence du parti indépendantiste martiniquais trotskiste, membre de la IVe Internationale.

Pendant les années 80 et 90, il collaborait toujours avec Rouge en le dissimulant bien évidemment. Il envoie des messages de soutien aux universités d’été de la Ligue et intervient comme orateur en 1999 à l’université d’été en 1999 et à celle du NPA en 2011.

 En 1979, il déclare qu’il se détache de la Ligue mais en réalité , il rejoint une section clandestine de membres de la Ligue, Philippe Cohen et Pierre Péan le démontreront.

Comment fait-il à affirmer que son article de 1972 “ était une position que je récuse fermement aujourd’hui. Elle n’avait rien d’exceptionnel dans l’extrême gauche de l’époque” ?

Nicole Touati

 

 

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *