Les Vérités de Nicole Touati

La Bête Immonde est toujours vivante!

Quand dans un pays, des dizaines de milliers de citoyens juifs ressentent le besoin de s’échapper et d’émiger;

Quand des  juifs sont visés par des insultes quotidiennes, des tags menaçants dans leur cage d’escalier, voire des rassemblements hostiles au bas de leur immeuble et  sont obligés de déménager de leurs quartiers pour échapper aux exactions;

Quand un jeune est sequestré et torturé pendant 24 jours jusqu’à la mort par une bande de malfrats simplement parce qu’il est juif et donc riche selon le cliché;

Quand l’antisionisme est utilisé à la place de l’antisémitisme;

Quand des tombes dans les cimetières juifs sont vandalisées;

Quand on voit des tags avec des croix gammées;

Quand des lettres anonymes avec des balles réelles sont déposées dans des boîtes aux lettres de Juifs;

Quand à Sarcelles, une gamine  de 15 ans qui porte une étoile de David et une tenue d’école juive est attaquée par un homme qui lui taillade le visage avec un coûteau et la laissera défigurée à vie;

Quand un enseignant juif est attaqué à coups de machette par un lycéen qui a dit vouloir « décapiter un juif;

Quand une femme juive est torturée pendant des heures par un voisin qui hurle Allah U Akbar et est défénestrée et qu’il faille plus d’un an au juge pour admettre qu’il s’agit d’un crime antisémite;

Quand un gamin de huit ans qui porte la kippa jouant devant une synagogue est agressé et roué de coups par une bande de dégénérés et que le juge décide qu’il ne s’agit pas d’une agression antisémite;

Quand des attentats sont commis contre des synagogues, des hypercashers et des épiceries juives;

Quand des librairies islamistes en France vendent des livres interdits tels que les ” Protocoles des Sages de Sion” et que des DVD avec des discours antisémites violents de prédicateurs radicaux tels que Yussuf al-Qaradawi, le leader spirituel des Frères Musulmans;

Quand des lieux de culte , les centres culturels  et les écoles hébraiques doivent s’assurer leur protection et que l’armée doive présidier les lieux ;

Quand on sait pertinement les Frères musulmans et d’autres organisations islamistes radicales accroissent leur emprise sur les communautés musulmanes françaises, propagent la haine envers les Juifs et l’Occident et ont ouvert de nombreuses écoles où le djihad est enseigné:

Quand des menaces et des insultes de tous genres pullulent sur les réseaux sociaux;

Quand un artiste comme Olivier Sauton ose poster des phrases comme “ Je préviens tous mes amis juifs, qu’en cas de déportation, évidemment, je vous mettrai en 1ère classe car j’ai trop le respect de vos habitudes”;

Quand des parents renoncent à protester contre l’ostracisme qui vise leurs enfants dans des écoles publiques et se résignent à les placer dans des établissements privés, juifs ou laïcs;

Quand un acte raciste sur deux est dirigé contre des juifs qui constituent moins de 1 % de la population française;

Quand la France attend 37 ans pour se décider d’entamer une procédure d’expulsion d’un imam de Marseille qui a prêché pendant toute cette période la mort aux Juifs dans sa mosquée;

Quand pendant des manifestations pro-palestiniennes autorisées, les participants hurlent “ Mort aux Juifs” devant la police et ne sont pas arrêtés;

Quand des Soral et des Dieudonné n’ont pas encore  été enfermés  malgré les lois existantes sur l’antisémitisme et tous les procès qu’ils ont subi;

Quand les juifs demeurent l’objet fantasmé d’une haine quotidienne;

Quand des professeurs refusent de parler de la Shoah à leurs élèves;

Quand j’entends dire très souvent que les juifs contrôlent tout;

Quand une maison d’édition telle que Gallimard pensait rééditer les écrits antisémites de Louis Ferdinand Céline;

Quand Macron se présente au Dîner annuel du CRIF devant des gens qui prient depuis 2000 ans “l’année prochaine à Jérusalem”  et ose revendiquer son désaccord avec le président des USA pour avoir reconnu Jérusalem capitale d’Israel comme si le statut de la capitale d’un pays souverain doive dépendre de lui;

Les juifs de France ont-ils raison d’avoir peur en France? Regardez ce reportage, vous verrez des images hallucinantes sur ce qu’il se passe en France:

https://www.youtube.com/watch?v=b3-vtPDd0W4

Alors oui, le ventre d’où a surgi la Bête Immonde est encore bien fécond . 

Mon père me disait toujours que l’antisémitisme était comme les marées qui montaient et qui descendaient et qu’il n’y avait aucun moyen pour l’arrêter.

La France a vite oublié son passé honteux des temps de Vichy.

Un ami , Marc Guedj, m’a envoyé un texte émouvant qui relate des souvenirs de son enfance en Algérie, quand l’administration française aplliquait à la lettre les lois de Vichy. J’ai pensé le partager avec vous.

Bonne lecture

“ Lois antisémites de Vichy en Algérie”

On connaît bien l’antisémitisme au quotidien. La reconnaissance, bien tardive, dans l’assassinat de la malheureuse Sarah Halimi ou l’odieuse agression d’un ados, portant la kippa, à Montmagny. On sait moins les conséquences désastreuses des lois antisémites de Vichy, pratiquées en Algérie, qui ont conduit à l’expulsion des enfants juifs de la maternelle à l’université. Je l’ai vécue, à Constantine..

C’était une matinée de classe ordinaire, au cours préparatoire de l’école Diderot, proche de la place du Palais, siège du commandement des armées. On se croyait, bien sûr, à l’abri mais la porte s’ouvre et le Proviseur entre, visiblement perturbé, une liste de noms à la main: Allouche,  Attal, Attlan, Attali, Bakouche,  Draï,  Guedj,  Halimi, Zaffrance, Zerbib etc.. “levez-vous, prenez votre cartable et toutes vos affaires. Ne laissez rien…”

C’est la gardienne de l’école , je ne me souviens pas si elle était peinée, qui nous a conduit, en groupe  jusqu’à la porte de l’école. On se retrouvait, là , sur le trottoir, en pleurs, désemparés, incapables de comprendre quoique ce soit à cette ” punition”,  on se demandait comment on allait l’expliquer à nos parents. La même scène monstrueuse se déroulait aux écoles primaires Montesquieu et le Lycée d’Aumale, pour les garçons, tandis que les petites filles de la rue Ampère subissaient le même sort. Les enfants des anciens combattants de la guerre 14/18 avaient été épargnés de ces lois d’exception de Vichy, appliquées avec beaucoup de sévérité et même, de zèle, par les autorités locales.

Plus tard, un camarade m’a dit ” c’est à partir de ce rejet que nous avons compris ce qu’était l’identité ,juive”. On a, quand même, relevé quelques attitudes courageuses chez les enseignants comme nous l’a raconté Hubert Habib” lorsque le proviseur est entré dans la classe pour les expulsions, notre maître Eric Morin a écrit la Marseillaise, sur le tableau’, en signe de protestation. Il allait payer très cher son audace.

L’Alliance israélite

Le réseau associatif juif, très dynamique, comme il l’est, aujourd’hui, ne restaient pas les bras croisés. Une solution de remplacement pour la scolarité des enfants se mettait en place, en un temps record. L’école se ferait désormais à l’Alliance israélite, proche de la grande synagogue, pour les garçons.  Les filles se retrouvaient dans des locaux, attenant au Palais de Justice, de la place Négrier. ” on avait seulement cours à mi -temps ” , raconte Hélène,  ” pas assez de places pour tout le monde. Mais quand on est enfant, ce n’est pas toujours une mauvaise nouvelle !

Pour l’encadrement,c’était facile. Tous et toutes les enseignants de l’école publique, éjectés, se présentaient, spontanément, pour assurer les cours. Et parmi eux l’excellent Mr Cartouzou.

Juif indigène !

Nos parents furent à peine surpris par ce retour prématuré de l’école. En toute discrétion, loin de nos oreilles qu’il fallait protéger, ils échangeaient, dans la douleur et l’incompréhension ces mesures de Vichy, visant exclusivement les juifs. Elles étaient d’une grande brutalité, touchant au plus profond de notre existence.

Tout d’abord, un certain nombre de professions allaient être interdites aux juifs: enseignants,  fonctionnaires  publics,  pharmaciens, médecins, sage-femmes, avocats etc…  Tout comme en Métropole, la dénonciation sévissait pour éliminer un confrère pharmacien juif concurrent ou pour faire les pires misères à une droguerie de la rue de France.

Troisième volet de ces mesures d’exception, la plus tragique, le décret Crémieux qui nous avait accordé la nationalité française en 1870 fut  abrogé, par cette loi scélérate. On nous renvoyait à un statut de juif indigène. De nombreux collabos de l’époque ne pouvaient digérer qu’on ait pu être affranchis en devenant français  jusqu’à combattre et mourir pour la Patrie, pendant la guerre, à Monteassino et ailleurs. Beaucoup de lieux publics comme le grand marché ou le casino nous furent  interdits.

Morinaud et sa clique !

Il n’en fallut pas davantage pour que le pogrom du 5 Aöut 1934 puisse se produire. 27 juifs furent massacrés par des arabes et des centaines de boutiques saccagées et incendiées. La responsabilité de ce massacre a largement été imputé à Emile Morinaud, le maire de l’époque, disciple de Drumond,  qui n’avait pas été à la hauteur de ses responsabilités pour défendre la communauté juive.  Le commandement étaient tenu par des collabos, des fachos qui n’on pas levé le petit doigt pour s’opposer à cette infamie.

Le débarquement des Américains

Ces privations de droits ont duré près de deux ans  jusqu’au débarquement des Américains, facilité localement par le résistant algérois José Aboulker. Ils se sont efforcés de nous faire oublier cette tragédie par  les découvertes gourmandes du lait concentré, du pain- mie et surtout, des chewings-gums.

Il y a quelques années,donc, les Allemands ont admis le principe d’indemnisations pour le préjudice subi par les juifs en Métropole et en Algérie à des niveaux différents, bien entendu. Pour le Maroc et la Tunisie où l’on a déploré des internements dans des camps, cela a été  fait; pour les juifs sépharades, vivant en Israël, aussi.  Il ne restait que l’Algérie.  Un dédommagement de 2.500 euros, plutôt symbolique,  est accordé aux juifs d’Algérie pour compenser le mal subi mais avec un avertissement de la part des Allemands: ” ce sera la dernière fois que nous interviendrons pour des réparations. ” .  Je trouve quand même curieux que ce projet ait été applique aussi tardivement mais il y a peut être une autre raison économique derrière: la majorité des bénéficiaires sont disparus et comme, une clause précise  que cette indemnisation ne peut concerner les descendants, le compte est vite fait.

En attendant,  personnellement, je vis ce “geste de compensation” comme une deuxième humiliation surtout parce que leurs collabos français d’Algérie n’ont pas été beaucoup inquiétés .

Marc Guedj “

Si vous avez aimé cet article, partagez-le!

Nicole Touati

 

 

 

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *