Les Vérités de Nicole Touati

Opération “Démonstration de force”

 Abu Jihad

Tout le monde se pose la question sur comment faut-il combattre le terrorisme. Il faudrait peut-être poser cette question aux israéliens?

Voici le récit de la fameuse opération “ Démonstration de Force” qui, comme l’opération “Munich”  suite à l’ attentat aux  Jeux Olympiques et l’ “Opération Jonathan” suite au détournement de l’avion d’Air France vers Entebbe ont bien marqué les esprits et ont démontré que l’on ne tue pas des civils israéliens impunément!

Le message a été explicite et restera toujours le même:

Israël frappe les « terroristes » partout où ils se trouvent!

Après une série d’attentats meurtriers et le lancement de l’Intifada de 1987, le gouvernement  israélien décide de frapper le direct responsabile de ces opérations: Abou Jihad,  né Khalil al-Wazir, qui est l’un des fondateurs du Fatah, numéro deux de l’OLP de Yasser Arafat et chef de “ l’ aile militaire “ du groupe terroriste.

Dès son adolescence, il prend part à des actions des fedayins palestiniens contre les villages israéliens frontaliers. Mais le tournant survient vers le milieu des années 1950, en rejoignant les Frères Musulmans, où il fait la connaissance de Yasser Arafat en Egypte, oui, les mêmes Frères Musulmans qui aujourd’hui sont partout acceptés, ont pignon sur rue et sont introduits jusqu’aux sphères politiques occidentales! Les deux hommes se lient d’amitié et décident d’unir leur destin en créant clandestinement le Fatah, en 1959, sur le modèle du FLN algérien. Il obtient sans difficulté le commandement des opérations extérieures du Fatah.

Les attaques meurtrières qu’il coordonne en Israël même en font l’ennemi public numéro un. Le Shin Bet tente plusieurs fois de l’éliminer, mais sans succès. Pour échapper aux israéliens, il se réfugie au Liban, d’où il dirige toutes les opérations.

Ni les massacres de Septembre noir en Jordanie,  ni la guerre civile libanaise, ni les attentats commis par les autres groupes terroristes contre Israel, le  Front Populaire de la Libération   (FPLP) et le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine FDLP n’ont interrompu ses activités.

Ce n’est qu’en 1982, après le siège de Beyrouth par l’armée israélienne, qu’Abou Jihad est forcé de se replier.   Yasser Arafat et Abou Jihad  se rifugient  en Tunisie avec leurs collaborateurs et y ouvrent les quartiers généraux avec l’autorisation du gouvernement tunisien.

J’ai choisi de faire la liste des attentats organisés par Abou Jihad depuis 1974, mais les attentats commencent déjà dans les années soixante.

  • 24 juin 1974:  un couple et leur enfant sont tués à Nahariya par des terroristes du groupe Fatah de l’OLP . Un soldat israélien meurt aussi.
  • 20 novembre 1974: des terroristes du groupe Fatah de l’OLP venant de Syrie tuent trois écoliers dans le village de Ramat magshimim dans le Golan.
  • 30 novembre 1974;  les terroristes du groupe Fatah de l’OLP sont capturés après avoir tué un arabe israélien pensant qu’il s’agissait d’un Juif.
  • 13 janvier 1975;  des terroristes palestiniens, avec Carlos  à leur tête, tirent de la terrasse de l’aéroport d’Orly avec un lance-roquettes sur un avion de la compagnie israélienne El Al, mais le ratent. Un avion yougoslave  est touché, faisant 3 blessés.
  • 4 mars 1975: huit terroristes du groupe Fatah de l’OLP venant du Liban, débarquent sur une plage de Tel Aviv  et pénètrent dans un hôtel du bord de mer, l’hôtel Savoy, prennent des otages, font exploser une bombe qui détruit une partie de l’hôtel. Huit des otages et trois soldats sont tués.  Sept terroristes seront tués et autre capturé.
  • 16 juin 1975:quatre terroristes de l’OLP venant du Liban, pénètrent dans une maison du village de Kfar Yuval, la famille en otage;  2 adultes sont tués avant l’assaut de l’armée israélienne. Les terroristes sont tués.
  • 11 mars 1978, un autobus circulant sur la route côtière est pris d’assaut par treize terroristes ayant débarqué en provenance du Liban sur une plage, tuent une photographe américaine qui s’y trouvait ainsi que les passagers d’un taxi dont ils s’emparent, puis tuent un enfant qui se trouvait  à bord d’un véhicule. Au total 38 civils sont tués dont 13 enfants et 71 personnes sont blessées. Deux terroristes dont une femme sont capturés les neuf autres tués.
  • 7 avril 1980:  cinq terroristes du groupe de l’OLP en provenance du Liban attaquent une crèche du kibboutz Misgav Am et prennent les enfants et une puéricultrice en otage; un bébé et la puéricultrice sont tués avant l’assaut de l’armée israélienne durant lequel les cinq terroristes sont tués.
  • 2 mai 1980: 6 Juifs sont tués par des terroristes de l’OLP alors qu’ils sortaient d’un service religieux au Caveau des Patriarches de Hébron.
  • 5 octobre 1980:  une bombe explose dans un bureau de poste à Givataym  prés de Tel Aviv, tuant 3 personnes et faisant 7 blessés.
  • 20 octobre 1981:  un camion piégé explose devant une synagogue d’Anvers, trois personnes sont tuées, 106 autres blessées; le terroriste responsable de l’attentat est le même que celui de la rue Copernic.
  • 29 août 1981: deux  terroristes palestiniens ouvrent le feu et lancent des grenades lors de la sortie de fidèles d’une synagogue à Vienne ayant assisté à une communion ; deux personnes sont tuées et 30 autres blessées.
  • Le 3 juin 1982: l’ambassadeur israélien à Londres, Shlomon Argov est grièvement blessé dans une tentative d’assassinat.
  • 9 août 1982: un attentat contre le restaurant Goldenberg, rue des Rosiers dans le quartier des Marais à  Paris fait six morts et vingt-deux blessés.
  • 23 novembre 1985:  des terroristes palestiniens s’emparent d’un vol Athènes/ /le Caire de la compagnie égyptienne Egyptair sur une piste de décollage, ils séparent les Israéliens et les Américains des autres passagers et tirent à bout portant sur cinq d’entre eux, 2 femmes, une Israélienne et une Américaine sont tuées, les trois autres personnes grièvement blessées, un agent de sécurité de la compagnie égyptienne se trouvant à bord ouvre le feu et tue l’un des terroristes. Durant la tentative de sauvetage par des soldats égyptiens, 57 passagers et membres d’équipage trouvent la mort.
  • 27 décembre 1985: quatre terroristes palestiniens du groupe Fatah-Conseil révolutionnaire attaquent les comptoirs d’El Al et de TWA à l’aéroport Leonardo da Vinci de Rome  tirent sur les passagers et lancent des grenades. 19 personnes sont tuées, une centaine blessées, trois terroristes sont tués, le quatrième capturé par la police italienne.
  • 2 avril 1986: une bombe explose durant un vol TWA reliant Rome à Athènes, 4 passagers américains, dont un bébé sont aspirés hors de l’appareil au travers du trou causé à la carlingue par l’explosion, neuf autres passagers sont blessés, le pilote réussit cependant à faire atterrir l’appareil.
  • 26 juin 1986: une bombe déposée par un terroriste palestinien du  Fatah explose durant l’embarquement des passagers d’un vol El Al à l’aéroport de Madrid blessant 13 personnes.
  • 25 septembre 1986: un avion de la compagnie américaine PanAm est pris d’assaut à l’aéroport de Karachi par quatre terroristes palestiniens qui prennent en otage les 379 passagers, ils tuent aléatoirement 20 passagers et en blessent 120 autres. Les terroristes sont condamnés à mort en 1988 mais relâchés plus tard par les autorités pakistanaises.

Le Raid!

À la fin de 1987, les services de renseignements israéliens ont localisé avec certitude la nouvelle résidence d’Abu Jihad, une villa qui se situe à Sidi Bou Saïd, près de Tunis. Dans le même quartier, il y a aussi les villas de Yasser Arafat et des autres dirigeants de l’OLP. Tous vivent dans un luxe extrême, grâce à la générosité de l’Arabie saoudite et du Koweit.

Pour agir, le Mossad a besoin de l’appui militaire qui lui est accordé. Ce sera l’unité d’élite, la Sayeret Matkal qui interviendra. Tout se prépare en grand secret, pendant des semaines, les membres feront des simulations dans des villas vides et le 13 avril 1988, plusieurs navires de guerre se dirigent vers la Tunisie.

Trois jours après ils arrivent au large de la côte tunisienne et les commandos s’installent à bord de zodiacs pour rejoindre la plage de Raoued. Il y a deux équipes composées au total de 13 personnes.

Sur la plage, se trouvent deux voitures avec le groupe de tête, trois agents du mossad arrivés sur place quelques jours avant avec de faux passeports libanais.

La première voiture a pour mission de repérer des patrouilles de police ou de l’armée tunisienne, et ou des miliciens de l’OLP. La deuxième voiture suit à une grande distance mais ils ne rencontrent aucun obstacle. Arrivés à 500 mètres de la villa, ils cachent les véhicules et poursuivent à pied. Il faut ajouter, qu’un Boeing 707 de l’aviation israélienne fait partie du commando, car sa mission est celle de brouiller les systèmes de communication et les radars pour couvrir les équipes.

Deux agents en couple, un homme et une femme, se dirigent enlacés vers l’entrée de la villa avec un paquet de gâteaux sous lequel est caché un révolver muni de silencieux. Le garde a à peine le temps de les voir qu’il reçoit une balle en pleine tête. C’est le début de l’opération! Il est 1.35 H du matin.

Le premier groupe, habillé avec l’uniforme noir de la brigade antiterroriste tunisienne pénètre dans la maison, tuent le deuxième garde ainsi que le jardinier qui dort au rez-de chaussée. Abou Jihad, alerté par le bruit sort de son bureau au premier étage, une arme à la main, il sera touché par rien de moins que 75 balles.

Temps de l’opération: 31 secondes!

Un agent du Mossad se charge en attendant de dérouter la police locale au cas où des voisins auraient entendu quelque chose. Il téléphone au commissariat de Sidi Bou Said en déclarant qu’il aurait vu des hommes armés se diriger vers le centre ville de Tunis.

Le commando se replie vers la mer et regagnent les navires, sans aucune difficulté. Les autorités tunisiennes retrouveront près de la plage de Raoued deux minibus Volkswagen et une Peugeot 305.

Un  coup très dur pour le Fatah de Yasser Arafat! Beaucoup de géopoliticiens ont admis, même si à demi-mot que l’OLP, après ce raid, a démontré plus de pragmatisme envers Israel et que l’acceptation de participer à la Conférence de paix de Madrid, en 1991, suivie des accords d’Oslo en 1993 –  l’OLP renoncera à la violence et signera avec Israël – a été en partie dûe à une prise de conscience de la force d’ISRAEL.

Mais la suite, nous la connaissons!

Nicole Touati

Si vous avez aimé cet article, partagez le!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *