Les Vérités de Nicole Touati

Coup de gueule d’une musulmane

Fawzia Zouari,une femme d’un courage incomparable. Née en Tunisie, dans un petit village où son père était “cheikh” ce qui lui octroyait une autorité religieuse. Sa mère a passé sa vie enfermée derrière les murs de sa maison.

Franco-tunisienne, journaliste et écrivain, docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, elle vit à Paris.

Elle dénonce une gauche qui se fait passer pour les avocats d’office des musulmans et qui veut parler à leur place disant que tout va bien dans leur monde.

Elle a défendu l’écrivain et chroniqueur algérien Kamel Daoud, qui s’est attiré les critiques d’un collectif d’intellectuels, qui est devenu la cible d’une fatwa lancée par un imam salafiste algérien et qui a été condamné début mars à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Oran.

Pourquoi ? Parce qu’il a osé affirmer que les viols perprétés à Cologne par les immigrés musulmans étaient une conséquence logique d’une tradition portée sur la répression sexuelle et génératrice de frustration chez les jeunes.

http://www.jeuneafrique.com/mag/304007/societe/polemique-kamel-daoud-a-raison/

Dans “Le corps de ma mère”, elle raconte l’histoire de sa famille et les souffrances que cette mère a subi dans une société patriarcale sans concession pour les femmes. Cette mère forte, sans tendresse qui a traîné toute sa vie le poids de l’enfermement. Ce livre, que je vous conseille a reçu le Comar d’or 2016.

En voici un passage:

“ Il y a des jours où je regrette d’être née arabe. Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques . Les jours où je regarde Les jours où je regarde les cadavres joncher dans les rues de Baghdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes ; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang ; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures. Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau. Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture. Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies. Non ! L’Occident, ces prêcheurs pleins d’arrogance le vomissent, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.

Et la cacophonie de ces “révolutions” qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre. Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves. Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de coépouse, de complémentaire, de moins que rien ! Et ces “niqabées” qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens. Ouf !”

A mon tour de dire : voilà ce que Fawzia avait à dire et je la remercie pour sa franchise et son courage , des vertus dont peu peuvent se vanter.

Nicole Touati

Source de la photo: http://img2.pleinevie.fr/var/pleinevie/storage/images/article/le-corps-de-ma-mere-l-envoutant-recit-de-fawzia-zouari-14273/85503-1-fre-FR/Le-corps-de-ma-mere-l-envoutant-recit-de-Fawzia-

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *